harris-club-audois.org
Animaux / Agriculture

Rencontre avec l’aigle royal – tout ce qu’il faut savoir

aigle royal

De la famille des Accipitridés, l’aigle royal est considéré comme l’un des plus grands rapaces au monde. Il possède une taille estimée entre 0,80 et 0,90 mètre, certains spécimens atteignent même les 110 centimètres. L’aigle royale, quand il déploie ses ailes, se caractérise par une envergure plutôt importante pouvant atteindre les 2,27 mètres. Particulièrement, le dimorphisme sexuel est atypique et assez prononcé, puisque les femelles sont beaucoup plus imposantes que les mâles. En effet, l’aigle royal mâle a une taille maximale de 87 centimètres pour un poids estimé entre 2,9 et 4,4 kg tandis que la femelle se caractérise par une grande taille de 90 à 95 centimètres et pèse en moyenne entre 3,8 et 6,6 kg.

L’aigle royal a un plumage marron virant au brun foncé. La tête et le cou sont recouverts de plumes plus claires qui sont très près du brun roussâtre, ce qui lui a valu le nom d’aigle doré à une certaine époque. Doté d’une longue queue, dont la base est caractérisée par des plumes blanches qui se déploie en même temps que les ailes lors de l’envol, l’aigle royal représente la grandeur. L’aigle royal possède un grand bec de couleur noire pour la majeure partie et de couleur jaune sur les bords intérieurs. Un rapace gâté par une longévité importante, l’aigle royal peut vivre jusqu’à 30 ans dans la nature et peut atteindre les 50 ans en captivité. On peut rencontrer l’aigle royal en Amérique du Nord et dans presque toutes les parties européennes, y compris la France dont le nombre est réparti dans les zones montagneuses.

L’aigle royal, de la puissance dans tous ses états

L’aigle royal possède une vue très développée, avec son œil brun foncé, son acuité est 8 fois plus importante que celle des humains. Il arrive donc à voir au loin ses proies pour diriger son envol. Sa vitesse, lors de son envol, est aussi d’une certaine puissance puisque l’aigle royal peut voler jusqu’à 320 km/heure. Il peut entamer un envol même face à de vents forts. L’aigle royal n’est pas une espèce qui crie en général, on entend par contre des aboiements aigus qui dessinent son excitation lors de la parade nuptiale. Pour avertir un danger imminent, l’aigle royal adopte un bruit assimilé à des miaulements. Grâce à son bec crochu, l’aigle royal arrive à mettre en morceaux ses proies avant de les transporter. L’aigle royal peut porter ses proies, qui pèsent entre 0,5 et 5 kg, avec ses gros doigts qui mesurent en général entre 6 et 7 cm, et le transport se fera avec l’accroche exercée par le pouce.

L’aigle royal est un grand consommateur de petits et moyens rongeurs comme les rats, les marmottes, les lapins et les lièvres. Il peut aussi se servir de mammifères, comme les renards et les jeunes chevreuils quand l’occasion se présente et revient sur ses proies plusieurs fois pour les transporter dans son habitat. Dans certaines régions glaciales, l’aigle royal se sert même de phoque pour compléter sa ration quotidienne. Toutefois, l’aigle royal est un puissant prédateur qui peut saisir toutes les opportunités pour se nourrir. Ainsi, on peut recenser jusqu’à 200 espèces qui peuvent constituer son repas.

La ration quotidienne dont aura besoin un aigle royal mâle est de 250 g environ tandis que la femelle aura besoin de repas, composé essentiellement de viande, de 300 g par jour. L’aigle royal prouve aussi sa robustesse en étant résistant quand la nourriture manque, notamment en hiver, puisqu’il peut rester à jeun pendant une semaine. En chasseur futé, l’aigle royal surprend ses proies en les saisissant pendant son envol, quand il effectue le « bas vol ». La mort de la proie survient quand l’aigle royal exerce un coup de griffes sur lui, pendant qu’il la saisit à terre ou pendant l’envol même. L’aigle royal peut aussi s’en prendre aux volailles quand il y a élevage à proximité.

L’aigle royal, un rapace sédentaire

L’aigle royal est un rapace qui vit souvent en solitaire ou en couple. Il est rare de voir un aigle royal migrer vers d’autres endroits, même si certains jeunes sillonnent sur d’autres cieux pendant la saison hivernale. On peut très bien rencontrer de jeunes aigles royaux dans les zones humides et marécageuses pendant la saison froide pour chercher leur ration journalière. Certains aigles royaux qui sont installés dans les pays scandinaves ou dans l’Amérique du Nord peuvent aussi entamer des migrations vers d’autres endroits.

L’aigle royal choisit plutôt les zones rocheuses qui donnent sur une plaine pour s’installer afin de pouvoir chasser entre les arbustes, les herbes et les broussailles. Les forêts trop denses, les zones surpeuplées, les plaines trop arides ne sont pas propices à la chasse. Ainsi, il est rare de rencontrer des aigles royaux dans ces parties. Dans les pays nordiques ou dans les régions méditerranéennes, là où les montagnes rocheuses sont souvent absentes, l’aigle royal peut fabriquer son nid perché sur les arbres. Dans ce cas, le nid ne se trouve pas sur les cimes mais soigneusement installé au-dessus de plusieurs branches latérales. Pour chasser, l’aigle royal peut chercher ses proies à 50 km aux alentours de son habitat, mais il peut survoler jusqu’à 150 km loin de son aire quand la nourriture commence à manquer.

L’aigle royal est un rapace qui apprécie l’envol pour étaler ses ailes. De décembre à mars, on peut observer des parades surprenantes composées de plusieurs acrobaties, en l’occurrence de vols en festons, de longs piqués, de retournements et autres. Les parades nuptiales annoncent la période de la reproduction. Généralement, l’aigle royal est monogame, mais dans certains cas, des trios se forment avec un mâle et deux femelles. L’aménagement d’un nid est la première manœuvre qui précède l’accouplement. Le nid est installé essentiellement dans une partie sûre de la montagne, sur les rochers. On remarque toutefois que, dans certains pays comme la France, l’Italie, la Bulgarie ou l’Espagne, une partie mineure des aigles royaux aménagent leur nid dans les arbres. Souvent, un couple d’aigles royaux aménage jusqu’à 8 emplacements qu’il essaie l’un après l’autre et se fixe sur un ou deux pour plusieurs années.  La distance entre ces emplacements est très variée, de 100 mètres à 3 kilomètres.

Tous les ans, la femelle de l’aigle royal pond entre 1 et 3 œufs, qui sont pondus à trois jours d’intervalle. Dès la première ponte, la femelle couve déjà, et la couvaison doit durer entre 35 et 45 jours. Pendant cette période d’incubation, il incombe au mâle de chasser pour nourrir la femelle et de faire le guet pour la protéger contre les envahisseurs. L’aiglon restera dans le nid pendant 2 à 2 mois et demi, mais il restera encore, pendant une année ou plus, sous la surveillance de ses parents, notamment pour se nourrir. Atteindre l’âge adulte est plutôt aléatoire chez l’aigle royal, un quart des jeunes aigles royaux peut survivre jusqu’à leur 4 ou 5 ans, l’âge de leur maturité sexuelle. Toutefois, certains individus qui sont âgés moins de 5 ans peuvent s’adonner déjà à la reproduction.

L’aigle royal, une espèce bien protégée

Les aigles royaux se concentrent dans l’hémisphère nord et se répartissent en Amérique du Nord, en Europe, en Asie de l’Est, au Maghreb ou dans les régions eurasiennes. Particulièrement en France, l’estimation donne un résultat plutôt satisfaisant dont le nombre se situe entre 390 et 450 couples. L’aigle royal est classé vulnérable selon l’UICN, mais c’est plutôt une espèce dont la protection est sur la bonne voie.

En France, l’aigle royal bénéficie d’un statut particulier depuis que l’arrêté ministériel du 17 avril 1981 interdit sa destruction, sa mutilation, sa capture et son enlèvement. Cet arrêté, qui s’est également inscrit dans l’annexe de la directive sur l’oiseau de l’Union Européenne, a aussi stipulé que l’aigle royal fait l’objet d’interdiction de perturbation ou de naturalisation. Il est aussi passible de pénalité, voire de poursuite si l’on s’adonne à l’enlèvement ou à la destruction de ses œufs, ainsi qu’à la dégradation ou à la destruction de son milieu, notamment du nid. Plus restrictifs, les textes stipulent même l’interdiction de transporter, vivant ou mort, l’aigle royal, également celle de la vente, de l’utilisation ou de la détention.

Apprécier l’aigle royal dans son quotidien

On attribue à l’aigle royal, depuis des siècles, dans la Grèce Antique et même pendant le règne de Napoléon 1er, une image mystique qui connote le pouvoir. Certaine culture met même l’aigle royal sur un certain piédestal, car il pourrait symboliser la résurrection ou représenter l’image d’un conseiller ou d’un messager divin. Dans la légende, l’aigle royal, dans la langue « sindarin », a pris le nom de Thorondor, le Roi des aigles. On peut très bien inculquer à ses enfants ces différentes cultures qui s’ajouteront à leurs connaissances tout en observant les prouesses de l’aigle royal.

Il est donc possible de le voir évoluer dans un milieu aménagé pour son bien-être en visitant plusieurs zoos en France. Il est aussi possible d’augmenter les sensations en regardant les soigneurs leur donner sa ration et s’occuper des aigles royal, pensionnaires du zoo. Ce sera une expérience que vous et vos enfants ne serez pas prêts d’oublier.

Autres articles à lire

Comment bien s’occuper d’un hamster ?

administrateur